fbpx
Chargement

Tapez votre recherche

Belles histoires

De soignée à soignante : l’odyssée de Magalie Benoit

Magalie Benoit

Magalie Benoit est docteure en sexologie et psycho-praticienne. Son travail ? Accompagner au quotidien les couples confrontés à l’infertilité, dont les patients qui ont recours à la PMA . Mais Magalie Benoit n’est pas seulement soignante, elle a elle-même bénéficié d’une prise en charge PMA il y a quelques années. Mieux que personne, elle comprend les couples qu’elle reçoit.

MedZine : En quoi consiste votre métier ?
Magalie Benoit : Je reçois les couples qui rencontrent des difficultés à avoir des enfants et qui ont décidé d’entamer un parcours PMA. Je les accompagne sur divers plans : psychologique, psychocorporel (sophrologie et relaxation) et sexologique pour identifier les blocages qu’il peut y avoir. Ma démarche est fondée sur l’idée que le mental influe fondamentalement sur le plan physique. Les séances ont lieu en couple ou individuellement, et psychologie et relaxation sont au programme pour éliminer les tensions du corps.

MedZine : Comment en êtes-vous venue à exercer cette profession ?
Magalie Benoit : Avant, je travaillais dans le domaine financier. J’aimais beaucoup mon travail mais ne me rendais pas compte que je mettais de côté mon corps et mes émotions… jusqu’au jour où mon mari et moi avons voulu avoir des enfants ! On m’a alors diagnostiqué une endométriose – une maladie chronique qui influe sur la fertilité – pour laquelle j’ai été opérée. Suite à cela, j’ai été orientée vers un parcours PMA. Cette période a été très difficile pour moi car j’avais du mal à accepter que mon corps ne me suive pas dans mon désir de maternité. Heureusement, j’ai pu bénéficier d’une prise en charge par une sophrologue qui m’a reconnectée à mon corps, à mes émotions et sensations.
Après 10 FIV , j’ai finalement pu tomber enceinte. Sortie de ce parcours du combattant, j’ai réalisé qu’il y avait beaucoup à faire pour accompagner les couples… et que c’est dans cette voie que je souhaitais me diriger ! J’ai donc repris de longues études : j’ai d’abord passé un diplôme de sophrologie-relaxation, puis entamé des études de psychologie clinique et de psychanalyse.

MedZine : Comment vivez-vous le fait d’avoir été patiente… puis soignante ?
Magalie. Benoit : Au quotidien, je suis au plus près des patients mais avec le temps, j’ai appris à prendre davantage de distance de leurs problématiques. Dans mes débuts, je pleurais avec les couples, j’en accompagnais même certains à l’hôpital sur mon temps libre. Au fil du temps, j’ai réalisé que je m’imposais de revivre sans cesse mon histoire. Aujourd’hui, je suis toujours dans l’empathie, je perçois toujours certaines situations à travers le prisme de ma propre expérience, mais j’ai appris à aborder tout cela avec plus de neutralité.

MedZine : Quels conseils donneriez-vous à un soignant qui souhaiterait prendre en charge des couples qui rencontrent des problèmes de fertilité ?
Magalie Benoit : Je conseillerais cette démarche aux personnes qui s’intéressent au couple en tant qu’entité et pas seulement au porteur de fertilité. Il faut toujours se rappeler que dans un couple, l’un est le soutien de l’autre et vice versa. Cet équilibre est primordial ! Il ne faut exclure personne du projet de parentalité mais redonner à chacun un rôle car un enfant, ça se fait à deux.

Étiquettes :

Vous aimerez aussi