fbpx
Chargement

Tapez votre recherche

Belles histoires C'est déjà demain

Evine Dugardin, première assistante gynécologie-obstétrique en France

Le docteur Evine Dugardin est hors-la-loi. Enfin presque… À l’issue de son internat, un médecin ne peut occuper le poste d’assistant que dans le public. Et pourtant, pour pallier la pénurie de gynécologues en France, l’ARS a accepté qu’Evine Dugardin intervienne à temps partiel dans un hôpital privé. Du jamais vu en gynécologie-obstétrique ! Un cas qui pourrait faire jurisprudence…

Medzine : Qu’est-ce qu’un assistant spécialiste ?
Dr Evine Dugardin : C’est un médecin à part entière, qui poursuit sa formation pendant deux ans pour se sur-spécialiser. Je suis donc chirurgienne gynécologue obstétricienne au Centre François Baclesse (Caen), et en parallèle, je continue à me former auprès d’oncologues à l’Hôpital privé de l’Estuaire (Le Havre) – où je pratique également l’obstétrique et la cancérologie en gynécologie – pour valider mon diplôme en cancérologie.

Medzine : Quel est votre rôle dans ces établissements ?
E.D. : Au Centre François Baclesse, j’exerce et forme les internes. À l’Hôpital de l’Estuaire, j’apporte mon expertise en gynécologie et fais plus de chirurgical. C’est donc un échange de bons procédés, un partenariat qui me permet à la fois d’acquérir de nouvelles compétences et de faire profiter de mes connaissances en gynécologie-obstétrique à un nouvel établissement.

Medzine : Dans quelle mesure ce statut à part pourrait-il faire évoluer le système ?
E.D. : L’assistanat est un passage obligé pour valider certains diplômes supplémentaires, comme en cancérologie ou en procréation médicalement assistée. Le problème qui se pose aujourd’hui, c’est que ces postes se font plus rares car ils sont de moins en moins financés par le service public. Heureusement, mon cas montre que les mentalités évoluent et que le fait de développer des partenariats public-privé est bénéfique pour tout le monde. S’il pouvait faire jurisprudence, cela permettrait de créer de nouveaux débouchés pour les internes, et pas seulement dans l’obstétrique. C’est une opportunité à saisir !

Pour plus d’informations : Hôpital privé de l’Estuaire, 76620 Le Havre


[1]ARS : Agence Régionale de Santé.

Étiquettes :

Vous aimerez aussi