fbpx
Chargement

Tapez votre recherche

C'est déjà demain Happy parents

L’échographie 3D tactile : une révolution touchée du doigt

253 millions de personnes sont déficientes visuelles dans le monde. En France, on en dénombre 1,7 millionsParce que les futurs parents atteints de troubles de la vision n’ont pas accès aux images des échographies, les docteurs Jean-Marc Levaillant (Hôpital privé Armand Brillard de Nogent-sur-Marne, Île-de-France) et Romain Nicot (CHU Lille, Hauts-de-France), proposent une avancée de taille, qui pourrait bien révolutionner la vie de ces futurs parents…

À l’heure où se multiplient les initiatives en faveur de l’inclusion des personnes atteintes de handicap dans la vie de tous les jours, le monde médical évolue, et avec lui, le monde de la recherche, en quête de solutions innovantes pour les déficients visuels.

Rendre l’échographie accessible

Comme l’explique Fabienne Nelson, psychologue-clinicienne, « l’échographie représente une étape fondamentale qui permet aux patients d’investir progressivement leur rôle de futurs parents. C’est ce qui donne un caractère concret à la grossesse, ce qui explique sa forte dimension émotionnelle ». Pour les futurs parents touchés par ce handicap, il est difficile d’être privé d’une perception visuelle et mentale du fœtus. « Bon nombre de patients en situation de handicap déplorent ce vide médical ».

Grâce à la première impression 3D prénatale réalisée à partir de données échographiques, proposée par l’équipe des docteurs Levaillant et Nicot (membres du groupe de recherche CWFI[1]), il est possible de toucher les contours du visage du futur enfant, ce qui permet de se le représenter mentalement. Cette échographie 3D tactile a pu voir le jour grâce à l’aide de l’association SJKB[2]présidée par Sébastien Joachim et au soutien de la Direction Recherche et Enseignement du groupe Ramsay Santé.

Un monde médical plus égalitaire

L’objectif à terme ? « Réduire la dépendance des déficients visuels à la description orale du corps médical « bien-voyant ». Il est essentiel de mettre ces parents extra-ordinaires sur un même plan d’égalité que les autres, à l’heure où les notions d’accessibilité́ et d’inclusion sont au cœur du débat sociétal, expliquent Jean-Marc Levaillant et Romain Nicot.

À l’heure actuelle, cette technique est toujours en cours d’évaluation avec, à terme, un projet d’utilisation à grande échelle.


[1] CWFI : Center for Woman and Fetal Imaging.
[2] SJKB : Sebastien Joachim Kicks Blindness.

 

Étiquettes :

Vous aimerez aussi