fbpx
Chargement

Tapez votre recherche

C'est déjà demain Vaincre le cancer

Reconstruction mammaire : des alternatives au profit des femmes

Le cancer du sein est le plus répandu chez les femmes et on estime à 20 000 le nombre de mastectomies chaque année en France[1]. La reconstruction mammaire qui peut suivre cet acte chirurgical a évolué ces dernières années au profit d’alternatives plus naturelles comme la méthode PAP[2]. Retour sur une véritable avancée au profit des femmes touchées.

Plusieurs méthodes de reconstruction mammaire existent : la méthode classique par prothèse et d’autres, plus naturelles et innovantes, que sont le DIEP[3]ou le PAP. Ces deux dernières consistent à prélever des tissus chez la patiente : sur l’abdomen pour le DIEP et sous la fesse pour le PAP. Ceux-ci sont ensuite greffés à l’emplacement du sein. Ces innovations en microchirurgie permettent ainsi de reconstruire un sein à l’aspect et à la texture plus naturels. La technique du DIEP est la plus répandue chez les femmes qui ont un petit excédent de tissus au niveau abdominal. En revanche, pour celles qui présentent des contre-indications, on favorise la méthode PAP, qui a vu le jour en 2012 aux États-Unis. 

En 2016, Nathalie Ferry a été la première patiente à bénéficier d’une reconstruction mammaire. « J’étais loin d’offrir le profil patient idéal : une reconstruction bilatérale chez une femme de plus de 50 ans présentant un lymphœdème bilatéral et surtout, concernée par les deux premières contre-indications liées au PAP ! ». 

Et pourtant, grâce à l’expertise de l’équipe médicale, Nathalie Ferry a pu bénéficier de ce type de reconstruction : « L’intervention a duré environ 8 heures, avec deux chirurgiens – Dr Hunsinger et Dr Ozil –, deux anesthésistes, et une infirmière dédiée la nuit pendant les 3 jours qui ont suivi l’opération. 72H avec une attention permanente de l’équipe soignante ! », se souvient Nathalie Ferry. Une deuxième opération a eu lieu depuis pour reconstruire son autre sein. 

Le Dr Hunsinger se félicite de ce que la technique PAP apporte aux patientes, autant sur le plan physique que psychique : « La reconstruction du sein sans prothèse a une incidence positive évidente et démontrée sur la qualité de vie des patientes atteintes d’un cancer du sein », analyse-t-il. 

Pour plus d’informations : Clinique Blomet, 75015 Paris


[1] Source : Institut National du Cancer

[2] PAP : Profunda Femoris Artery Perforator flap (lambeau perforant issu des vaisseaux fémoraux profonds)

[3] DIEP : Deep Inferior Epigastric Perforator

Étiquettes :

Vous aimerez aussi