fbpx
Chargement

Tapez votre recherche

C'est déjà demain Parlons prévention

Sport et dialyse : une idée qui fait son chemin

Lancé en 2019 à la Clinique de l’Union à Toulouse, le projet de faire pratiquer une activité physique aux personnes en dialyse s’avère fructueux, aussi bien pour la santé que pour le moral des patients. Un exemple que d’autres centres souhaitent aujourd’hui mettre en pratique.

La dialyse est un traitement médical utilisé en cas d’insuffisance rénale chronique, conséquence de maladies qui ne permettent plus aux reins d’éliminer les déchets de l’organisme. Elle intervient pour débarrasser le corps de ses déchets et de son excédent d’eau. Mise au point entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, les premiers centres de dialyse voient le jour en Europe dans les années 70. En 2015, on comptait 85 000 personnes sous dialyse en France. En dépit de son caractère indispensable, ce traitement entraîne de nombreux effets secondaires : tension artérielle élevée, fatigue, dépression, crampes, anémies, troubles du sommeil etc. C’est pour les soulager que la Clinique de l’Union a mis en place un programme d’activités physiques, pratiqué par une vingtaine de patients.

« Cette approche novatrice est mise en avant depuis quelques années dans des publications étrangères qui reconnaissent les effets positifs du sport sur la santé des personnes sous dialyse», indique Sébastien Travers, kinésithérapeute à la clinique. Depuis début 2019, les patients dialysés se voient ainsi proposer différents exercices adaptés aux possibilités de chacun (pédalage, renforcement musculaire à l’aide d’élastiques ou de résistances manuelles), suivis d’un bilan personnalisé. « L’impact de cet exercice physique sur l’activité cardiovasculaire et le niveau de fatigue des dialysés est impressionnant. Globalement, non seulement les participants à ce programme sont en meilleure forme physique et mentale, mais ils prennent également goût à l’activité physique en général », déclare Sébastien Travers.

Cette idée commence d’ailleurs à faire des émules : d’autres centres médicaux devraient bientôt mettre en place des programmes similaires. De son côté, Sébastien Travers et ses collaborateurs travaillent sur un projet de recherche visant à confirmer les vertus de l’activité sportive en période de dialyse. « De quoi permettre de progresser plus vite », se réjouit Sébastien Travers, et d’adoucir le quotidien de nombreux patients.

 

Étiquettes :

Vous aimerez aussi