fbpx
Chargement

Tapez votre recherche

Enjeux de santé Un sourire

Langue des signes, et si l’hôpital s’y mettait ?

En France, un bébé sur 1000 nait sourd et on estime à 300 000 le nombre de personnes atteintes de surdité. Entre langue des signes peu pratiquée par la population sourde et manque de formation du reste de la société, les difficultés de communication et d’intégration persistent.

La langue des signes a vu le jour dès l’Antiquité. Et malgré la reconnaissance de la LSF en 2005[1], les questions concernant les échanges entre sourds et entendants, ou les questions liées à leur intégration dans la société, demeurent[2]. En cause, un tiers seulement des personnes atteintes de surdités pratiquent la langue des signes[3]et un grand public comme des professionnels de santé peu formés à leur tour.

C’est ce qui a motivé Nathalie François à agir. Aujourd’hui formatrice en langue des signes, Nathalie a appris la langue et le concept Bébé Signes[4], avant de se spécialiser dans la formation à la langue des signes de professionnels de santé, de la petite enfance, de commerçants et collectivités. Son objectif ? Donner aux professionnels la possibilité d’accueillir, renseigner, orienter et rassurer un patient sourd ou malentendant. Son engagement l’a également poussée à créer l’association Frimouss’Signes.

Nathalie sensibilise donc les établissements hospitaliers, comme l’Hôpital privé de Seine-Saint-Denis (Le Blanc-Mesnil, Île-de-France), vers lequel elle s’est tournée pour tourner un clip sur l’accouchement en langue des signes. « Nous avons immédiatement accepté le projet, se souvient Isabelle Noël, responsable du Pôle mère-enfant. Le clip montre une équipe soignante qui ne s’exprime qu’en langue des signes : Avez-vous des contractions ? Souhaitez-vous une péridurale ? Souhaitez-vous que je vous examine ? Des termes utilisés quotidiennement, qu’il est important de connaitre en LSF pour nos patients en situation de surdité ».

Ce type d’initiative contribue à autonomiser les personnes sourdes et à favoriser leur intégration, une avancée manifeste !

Pour plus d’informations : Hôpital privé de Seine-Saint-Denis, 93150 Le Blanc-Mesnil


[1] Loi du 11 février 2005 qui encourage la diffusion de la langue des signes et la reconnait comme langue à part entière.
En 2010, le CAPES LSF voit le jour. Source : signesetformations.com

[2] Les sourds aux prises avec l’intégration, Hélène Hugounenq, Ethnologie Française, 2009 /3.
[3] LSF : Langue des signes françaises.
[4] Bébé Signes : Langue des Signes pour bébés.

Étiquettes :

Vous aimerez aussi

À suivre