fbpx
Chargement

Tapez votre recherche

Enjeux de santé Happy parents

Visite en réanimation : préparer les plus jeunes

Il n’est jamais facile de se rendre dans un service de réanimation pour rendre visite à un proche. L’exercice s’avère encore plus compliqué pour un bambin. Si jusqu’alors, la visite des enfants de moins de 15 ans était interdite, il existe désormais des dispositifs entourant cette démarche, avant, pendant et après la visite au patient.

De plus en plus de centres hospitaliers, comme l’Hôpital privé Résidence du Parc de Marseille (Provence-Alpes-Côte d’Azur), ont choisi de mettre en place des initiatives d’accompagnement. Le but ? Prendre le temps de ménager les plus jeunes en visite en service de réanimation. Du premier rendez-vous, dit de « préparation », jusqu’au jour J, l’enfant est guidé à travers une approche aussi sereine que possible.

L’enfant au cœur du processus

Les pédopsychiatres sont formels : entretenir le silence sur un sujet sensible déstabilise l’enfant. Son imagination risque au contraire de reconstruire un univers au moins aussi traumatisant que la réalité elle-même.

Pour que le protocole puisse être déclenché, la demande de visite doit venir de l’enfant. « Lors d’une première entrevue, nous nous assurons que la demande émane bien de l’enfant et qu’aucune pression ne pèse sur lui, explique Claire Altroff, cadre de santé à l’Hôpital privé Résidence du Parc. Nous interrogeons également l’enfant sur sa connaissance de la situation – sa préparation peut varier selon l’état du proche –, puis nous lui expliquons à quoi va ressembler ce qu’il va voir. »

Le protocole de sensibilisation se compose de plusieurs étapes afin que l’enfant puisse vivre cet instant à son rythme. Et quoi de mieux que des jouets qui reproduisent à l’identique l’unité et les box de réanimation, pour capter l’attention de manière ludique. « Avec l’utilisation de jouets Playmobil et la maquette réalisée par une association, nous pouvons mettre en scène la réanimation, les tuyaux, les machines, les bips que l’enfant va entendre… Nous lui expliquons pourquoi le proche ne pourra peut-être pas lui parler ou lui répondre. À travers le jeu, nous abordons des sujets sensibles. Cela permet à l’enfant de toucher, manipuler, jouer… Il repart avec un livret d’accueil spécifique, intégrant des aides aux parents, comment répondre aux questions, etc. », explique la spécialiste.

Le soignant, guide indispensable lors de la visite

Au moment de la visite de l’enfant, le soignant qui l’a accompagné durant le processus de préparation sera présent à ses côtés, tout cela dans un environnement « édulcoré » pour l’occasion. « Le but est de rendre le box le plus accueillant possible, tout comme le patient. Selon l’état de ce dernier, on va pouvoir le mettre au fauteuil, l’habiller. On essaie de se rapprocher de ce que l’enfant a l’habitude de voir hors de l’hôpital. Le soignant reste tout le long de la visite. Son rôle est capital. Garant de la protection de l’enfant, il s’assure que celui-ci est à l’aise. Il lui permet de mettre un terme à la visite quand il le souhaite, de s’émanciper d’une quelconque pression des parents. Parfois, ceux-ci ne se rendent pas compte…Ils demandent à l’enfant faire un bisou à la personne malade, ce qui n’est pas forcément adapté à son désir d ce moment-là… Il aide aussi à la communication », poursuit Claire Altroff.

Après la visite, l’enfant se voit proposer un débriefing et un suivi est mis en place. L’objectif final sera de s’assurer qu’il n’a pas fait de cauchemars ou ressenti d’angoisses après sa visite.

Cet accompagnement constitue un véritable soulagement pour l’enfant. Le protocole vise à écarter un maximum de tabous et de non-dits autour du sujet délicat qu’est l’admission d’un proche en service de réanimation.

Pour plus d’informations : Hôpital privé Résidence du Parc, 13010 Marseille.


4 conseils pour anticiper la première visite en réanimation avec un jeune enfant :

  • Libérer la parole : avant toute chose, il est important d’aborder le sujet ouvertement avec l’enfant afin de verbaliser ses craintes et ses questionnements avant la visite ;
  • Opter pour une répétition générale. Pour rassurer l’enfant, il est possible de réaliser une anticipation de sa visite de manière ludique. Accessoires et jouets qui lui permettront de se projeter le jour J ;
  • Lui garantir une protection: la présence du soignant tout au long du processus de visite est primordial. Cela donne un repère à l’enfant en cas d’inquiétude ou de panique soudaine ;
  • Assurer un débriefing: après la visite, ce moment permet à l’enfant de partager ses émotions et de ne pas être perturbé par l’expérience vécue.
Étiquettes :

Vous aimerez aussi