fbpx
Chargement

Tapez votre recherche

Enjeux de santé Happy parents

Déceler l’apnée obstructive du sommeil chez l’enfant

Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) chez l’enfant, constitue un trouble fréquent, causé par une obstruction respiratoire. Pouvant causer des complications médicales sévères, cette pathologie représente un réel enjeu de santé publique. Certains établissements l’ont bien compris, à l’image de l’Institut de l’Enfant de Boulogne-Billancourt (Île-de-France) …

MedZine : Comment identifier un cas de SAOS et quelles en sont les causes ?
Institut de l’Enfant : Le SAOS s’accompagne généralement d’autres symptômes, parmi lesquels, un sommeil agité, des ronflements, une respiration à prédominance buccale, des arrêts respiratoires, une position anormale pendant le sommeil – hyper extension du cou et du tronc – une survenue de cauchemars, avec parfois des énurésies secondaires[1], une transpiration excessive et des grincements de dents.
Dans la journée, des signes peuvent également apparaître : maux de têtes le matin, endormissement, perte d’attention et hyperactivité. Les causes de ce syndrome sont variées, cela peut provenir d’un gonflement des adénoïdes[2] et des amygdales[3]. Parfois, c’est aussi le résultat d’une infection des voies respiratoires supérieures, d’affections allergiques ou encore de facteurs génétiques.

MedZine : Chez les enfants, quels sont les risques ?
IE: En l’absence de traitement, les conséquences peuvent être graves, chez l’enfant comme chez l’adulte ! Des troubles métaboliques (obésité, perte de sensibilité à l’insuline, dyslipidémie[4]) et troubles cardiaques (hypertension artérielle, anomalies ventriculaires, pression artérielle pulmonaire augmentée) peuvent apparaître…
Cela peut avoir des conséquences sur la croissance, sur le comportement et la cognition. Dans certains cas, des troubles de l’attention et de l’apprentissage, avec parfois des retards de langage, ont également été mis en évidence chez les enfants présentant un SAOS.

MedZine : Comment réagir ?
IE: Le sommeil est un marqueur important de la santé, sa qualité n’est donc pas à négliger. Aujourd’hui, le dépistage des apnées obstructives du sommeil chez l’enfant reste malheureusement tardif, ce qui expose les plus jeunes aux effets décrits et augmente également leurs chances d’être atteints par ce syndrome à l’âge adulte. Dès les premiers signes, il faut consulter ! L’enfant sera orienté vers une prise en charge pluridisciplinaire, fondée sur une coordination entre toutes les spécialités impliquées.

Pour plus d’informations : Clinique Marcel Sembat, 92100 Boulogne-Billancourt


5 conseils pour prévenir et agir contre le SAOS :

– Observer l’enfant : une fois assoupi, n’hésitez pas à vous rendre à son chevet afin de détecter les signes d’alerte (respiration bouche ouverte, transpiration excessive ou encore sommeil agité) ;
– Écouter l’enfant dormir : les ronflements peuvent constituer un signe d’apnée du sommeil, surtout lorsqu’ils sont bruyants ;
– Analyser son comportement durant la journée : des maux de tête le matin, des difficultés d’attention, ou bien un état hypertonique constituent des alertes ;
– Consulter au plus tôt : dépister l’apnée du sommeil permet d’endiguer les effets négatifs qu’elle peut instaurer sur la durée ;
– Rester vigilant : même traitée, cette affection peut revenir quelques mois, voire quelques années après. Il faut rester attentif aux moindres signes de récidive, notamment si l’enfant est sujet aux allergies respiratoires ou à l’asthme. Un suivi régulier est recommandé.


[1] Mictions involontaires pendant le sommeil.
[2] Masses de tissus situées derrière le nez, sur la paroi postérieure de la cavité nasale.
[3] Glandes situées derrière le larynx, de chaque côté de la gorge.
[4]Concentration anormalement élevée de lipides.

Étiquettes :

Vous aimerez aussi

À suivre