fbpx
Chargement

Tapez votre recherche

Happy parents Parlons prévention

« No Toxic attitude » ! Ou comment en finir avec les perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens (bisphénol A, parabènes, phtalates, pesticides etc.) sont devenus un enjeu de santé publique. L’OMS les définit comme un ensemble de substances chimiques étrangères à l’organisme, ils dérèglent le système hormonal et ont des effets néfastes sur la santé et l’environnement. D’où la nécessité d’informer les futures mamans des risques qui y sont liés !

 

Les perturbateurs endocriniens font, depuis quelques années, l’objet d’études visant à démontrer leur toxicité et leur responsabilité dans le déclenchement de maladies chroniques. En 2014, le gouvernement français a d’ailleurs adopté une stratégie nationale pour limiter l’exposition de la population, en particulier celle des femmes enceintes et des enfants, à ces substances.

C’est donc pour alerter sur le sujet, que Catherine Louis, conseillère en santé environnementale et fondatrice de l’entreprise de conseil en santé environnementale NO TOXIC ATTITUDE, intervient dans les cliniques et hôpitaux dans le cadre d’ateliers destinés aux femmes enceintes, comme à la Clinique de la Muette (Paris). « À l’heure où des projets de lois s’apprêtent à renforcer la prévention, notre volonté est d’informer les mamans au stade le plus précoce de leur grossesse sans les brusquer, pour leur garantir, ainsi qu’à leur enfant, une bonne santé. » souligne Catherine Louis.

Lors des ateliers, Catherine Louis aide les futures mères à identifier les produits potentiellement dangereux et leur propose des alternatives saines.

Sont ainsi passés au crible :

  • Aliments (qui peuvent contenir des additifs, pesticides, ou graisses animales nocives) ;
  • Ustensiles (en plastique ou à revêtements anti-adhésifs) ;
  • Cosmétiques ;
  • Couches ;
  • Emballages alimentaires ;
  • Produits d’entretien ;
  • Peintures, etc.

Parmi les recommandations aux futures mamans, Catherine Louis conseille donc de :

  • Privilégier les aliments bio ;
  • Éviter les cosmétiques contenant des silicones, filtres chimiques à UV, parfums de synthèse… ;
  • Opter pour des produits d’entretien naturels (vinaigre blanc, savon noir…) ;
  • Limiter les récipients en plastique ;
  • Aérer régulièrement son intérieur ;
  • Supprimer les parfums de synthèse.

« Je ressors heureuse d’avoir appris toutes ces choses essentielles, commente Marie, à sa sortie de l’un des ateliers. C’est important d’être sensibilisé sans être culpabilisé ou paniqué. Je rentre chez moi motivée et sereine, prête à m’adapter à ce nouveau mode de vie. »

 

Pour plus d’informations : Clinique de la Muette, 75016 Paris

 

Étiquettes :

Vous aimerez aussi