fbpx
Chargement

Tapez votre recherche

Sans tabou ! Vaincre le cancer

Un bonnet pour moi, pour elle, pour toutes !

Au-delà de la douleur et des traitements engendrés par le cancer du sein, cette maladie peut aussi atteindre l’image de soi. Maureen Govart est passée par là. Son expérience et son combat lui ont donné l’envie de s’engager auprès des femmes qui se battent contre le cancer du sein !

En 2017, Maureen Govart a vécu un cancer du sein. 6 chimiothérapies et 30 séances de radiothérapie plus tard, elle s’est rendue à l’évidence qu’outre les douleurs et la fatigue, elle ne supportait pas de porter de perruque. Une amie, qui s’était elle-même battue contre le cancer, lui a alors offert un bonnet de chimiothérapie. Un geste qui a changé la donne pour Maureen, et qu’elle a souhaité reproduire à une échelle plus importante.

En 2018, elle fonde l’association Mon Bonnet Rose[1], qui propose aux femmes en fin de traitement de transmettre leurs bonnets de chimiothérapie à d’autres femmes, afin de leur permettre de réinvestir leur corps et leur féminité à moindre coût – voire gratuitement.

« Un bonnet de chimio reste un accessoire onéreux, témoigne Maureen. Et pour cacher l’alopécie, il représente une réelle alternative à la prothèse capillaire, encore plus chère – de 650 à 1 000 euros pour une prothèse de cheveux naturels, non remboursée par la Sécurité Sociale – et qui n’est pas toujours tolérée par la patiente. »

C’est quelques mois après le lancement de son association que Maureen a participé à l’opération Octobre Rose menée par l’Institut de Cancérologie Lille Métropole. Elle y a rencontré Aurélie Clerquin, Chef Projet de l’Institut, qui s’est immédiatement enthousiasmée pour le projet de Maureen : « Lors de notre rencontre, elle nous a expliqué son parcours, ses motivations et nous avons tout de suite voulu participer au projet qui s’ancre parfaitement dans l’accompagnement personnalisé des patients en cancérologie ».

Les infirmières coordinatrice du parcours de soins en cancérologie, ont ainsi déposé des boîtes de récolte à l’Hôpital privé Le Bois (Lille), à l’Hôpital privé La Louvière (Lille), à l’Hôpital Privé de Villeneuve d’Ascq ou encore à la Clinique de la Victoire (Tourcoing), à disposition des patientes en fin de traitement, en les informant de la possibilité de faire don de leur bonnet de chimiothérapie.

Une belle manière de faire rimer solidarité avec soin de soi et féminité !

Si vous voulez en savoir plus sur le parcours de Maureen, écoutez son interview dans le podcast + debelleZhistoires !

Pour plus d’informations : Hôpital privé de Villeneuve d’Ascq , Hôpital privé Le Bois , Hôpital privé La LouvièreClinique de la Victoire

Étiquettes :

Vous aimerez aussi